samedi 23 janvier 2016

La maladroite d'Alexandre Seurat



Résumé : Tout commence par un avis de recherche, diffusé à la suite de la disparition d'une enfant de 8 ans. La photo est un choc pour une institutrice qui a bien connu cette gamine. Pour elle, pas de doute : cette Diana n'a pas été enlevée, elle est déjà morte, et ses parents sont coupables. Remontant le temps, le roman égrène les témoignages de ceux l'ayant côtoyée, enseignants, grand-mère et tante, médecins, assistants sociaux, gendarmes...
Témoins impuissants de la descente aux enfers d'une enfant martyrisée par ses parents qui, malgré les incitations à parler de plusieurs adultes, refusera de les dénoncer. Ce roman est inspiré par un fait divers récent largement médiatisé car, en dépit de plusieurs signalements, l'enfant n'avait jamais bénéficié de protection. Loin de tout sensationnalisme, l'auteur rend sa dimension tragique à ce drame de la maltraitance.


La maladroite d’Alexandre Seurat est un tout petit roman de 120 pages, publié aux Editions La Brune Au Rouergue et en vente à 13,80€. Ce roman aborde avec finesse le thème de la maltraitance. Pour ma part, je me suis pris une belle claque en lisant ce roman pour lequel j’ai eu un coup de cœur.

Tout d’abord, j’ai été déstabilisée par la présentation et le style du roman. On aborde les pensées de différentes personnes. Ça m’a un peu fait penser à une présentation de pièce de théâtre en fait. Le style d’écriture m’a donc aussi un peu perturbée mais une fois quelques pages lues, je n’ai plus fait attention. Il faut savoir que ce roman se lit très vite. Il ne possède aucun dialogue et la police d’écriture n’est pas très grosse mais il est très aéré. De plus, c’est un roman très addictif. On a envie de savoir qui a raison, si ce qu’on pense est malheureusement vrai ou s’il y a une autre explication, moins horrible.

L’émotion principale de ce roman est l’impuissance. Le doute tout d’abord, puis l’impuissance quand on se persuade qu’on a raison. On se doute de comment le roman va se finir, les premières pages nous l’indiquant : ça ne peut pas se finir bien. Et pourtant, durant  toute la lecture, on espère. On assiste, aussi impuissant que les personnages, à l’horreur qui se déroule, sans pouvoir rien faire. Je ne sais pas si ce roman est inspiré d’une histoire vraie à la base, mais je suis sûre que cette situation s’est produite, avec peut-être des issues moins dramatiques heureusement. Ce roman m’a tout de suite fait pensée à un fait divers qui a été très médiatisé.

Malgré tout, j’ai trouvé ce roman beau. Remuant, puissant, fort, émouvant… mais beau aussi. On a vraiment l’impression d’une histoire vraie et malgré nous, on est captivé, on espère, on s’étonne, s’insurge… et nous retrouvons dans la même position que les personnages : impuissants. Ce roman a été un gros coup de cœur et il ne m’a pas fallu beaucoup plus d’une heure pour le lire. Cette histoire restera longtemps dans ma mémoire !

Conclusion

Un roman fort, marquant et émouvant, qui vaut vraiment la peine d’être découvert. Il aborde avec finesse et authenticité le thème de la maltraitance et l’impuissance des personnes autour. Désarçonnant au départ par son style de présentation et d’écriture, ce roman est captivant et se lit très rapidement. Un coup de cœur qu’il faut découvrir !


Je remercie Priceminister pour m’avoir fait découvrir cette magnifique lecture 

#MLR15 #Priceminister

6 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas mais je suis bien intriguée pour le coup :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que te le recommander !!!

      Supprimer
  2. C'est un roman très beau et tragique !

    RépondreSupprimer
  3. Wahou, eh bien voilà un avis extrêmement fort qui me donne terriblement envie !

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas osé l'acheter. J'ai peur qu'il ne me plaise pas.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...